Mardi , 23 septembre 2014
Avertissement :
Jonathan Charlet : free rider de l’Xtreme
Le snowboardeur français Jonathan Charlet a été sacré champion du monde de freeride en 2012.

Jonathan Charlet : free rider de l’Xtreme

Entretien avec Jonathan Charlet, sacré champion du monde de snowboard freeride en 2012, à l’occasion du Swatch Freeride World Tour by The North Face qui débute, cette semaine à Revelstoke au Canada. 

C’est sur la fameuse face Mac Daddy du mont Mackenzie à Revelstoke (Canada) que débute le Swatch Freeride World Tour by The Noth Face 2013. Alors que cette nouvelle édition marque la fusion des différents circuits de freeride, réunissant skieurs et snowboarders, filles et garçons, Jonathan Charlet, vainqueur de la compétition de snowboard 2012 entend bien conserver son titre. Des étirements pour se détendre, de l’escalade pour garder la forme, et de la montagne tous les jours, il n’en faudrait pas plus à l’ancien champion de France minime de half pipe (1997) et guide de montagne pour se préparer… Interview express.

 – Comment s’est passée ta reprise ?
Quand ma saison de guide s’est terminée, je suis parti trois semaines dans les îles. L’eau, c’est bon pour les articulations (rires) ! Et depuis novembre, je ride à fond. De la montagne, tous les jours ! J’enchaîne les randos dès les premières neiges, pour travailler le repérage et la vitesse. Et quelques courses pour le cardio.

- Pas de muscu alors ?
Je suis guide de haute montagne en été, depuis 2011… Et free rider l’hiver. Avant cela, j’ai été aspirant guide durant trois ans. Autrement dit, cela fait quatre saisons que j’ai ces deux activités. Je fais une cinquantaine de courses par saison, beaucoup de marche avec sac et 1000 mètres de dénivelé. Cela travailler les abdos, les lombaires et forcer sur les jambes. J’ai la patate. Donc, je fais peu de travail en salle… C’est sur le terrain que tu te muscles, puisqu’en snowboard, tu ne rides que d’un côté. L’effort n’est pas symétrique, et c’est la jambe arrière qui travaille le plus.

- Et l’escalade, c’est un loisir qui t’aide dans ta glisse ? 
Elle fait le lien entre mes différentes activités et m’aide à garder la forme. Elle me permet d’être plus à l’aise, parce qu’elle exige d’avoir de la force dans les bras et les épaules. Et c’est aussi une manière de s’évader…

- Côté alimentation, tu fais attention ?
Je ne me surveille pas particulièrement au niveau des graisses parce qu’on en a vraiment besoin. Je bois des protéines tous les soirs et je mange du riz, des pâtes, des légumes et de la viande… en m’autorisant un burger de temps à autre.

- Gérer le risque, ça s’apprend ou cela vient avec l’expérience ? 
En montagne, le risque est toujours là. Il faut prendre ses responsabilités. Cela fait bientôt dix ans que je fais de la compétition, je ne travaille pas mon mental particulièrement. L’adrénaline est toujours là. Le jour où elle ne le sera plus, il faudra arrêter.

BIO EXPRESS
Jonathan Charlet
Né le 10/06/1984
1,78 m pour 72 kg
Réside à Chamonix
Surnom : Doud’s
Ses modèles : Jean-Marc Boivin et Marco Siffredi
Sa planche : Montana II d’Imperium

L’étape française du Swatch Freeride World Tour aura lieu à Chamonix le 26 janvier prochain.

À lire également :
Devenir free-rider, rencontre avec Manu Gaidet