Mardi , 21 octobre 2014
Avertissement :
Ce n’est pas qu’une affaire d’abdos !

Ce n’est pas qu’une affaire d’abdos !

Toute la semaine dernière, nous vous avons donné de multiples conseils pour obtenir de parfaites tablettes de chocolat. Voici la dernière partie de notre dossier, pour pouvoir vous la péter sur les plages cet été.

POUR AVOIR UN VENTRE PLAT, UNE ÉTAPE, ET NON DES MOINDRES, VA ENTRER EN JEU : LA DIGESTION. CAR ASSURER UNE BONNE DIGESTION, C’EST FAVORISER UN BON TRANSIT. OR GONFLEMENTS ET BALLONNEMENTS PEUVENT FAIRE TRIPLER LE VOLUME DE VOTRE VENTRE !

La digestion et le transit sont des activités à temps plein pour notre organisme. En assurer le bon déroulement n’est pas une mince affaire dans nos vies actives de sédentaires, stressés, aux horaires et aux rythmes décalés, intoxiqués par les produits de l’industrie alimentaire et les tentations grasses et sucrées.

Composez de bons repas
Privilégiez les fibres ! Que vous les trouviez dans les légumes cuits, les céréales complètes, le pain complet ou les légumes secs, elles ont avant tout un rôle mécanique dans la progression des aliments et de leurs résidus dans le tube digestif. Mais les fibres agissent aussi sur la satiété et peuvent vous éviter les fringales. Le plus : elles emprisonnent une partie des graisses avalées pendant le repas et, par la même occasion, les évacuent par les voies naturelles. En clair : plus de fibres égalent moins de gras!
Si, malgré cela, votre transit n’est pas régulier, vous pouvez ajouter une à deux cuillères à soupe de son d’avoine ou de graines de lin dans vos laitages, quelques figues ou de la rhubarbe, et tout rentrera dans l’ordre.

Sélectionnez des aliments que vous tolérez
Comment apparaissent les ballonnements? Nos intestins abritent naturellement des bactéries, qu’on appelle communément « flore intestinale », indispensables à la digestion. En fonction des aliments ingérés, ces bactéries vont générer des gaz, souvent anodins, mais qui peuvent devenir gênants s’ils sont présents en trop grande quantité. Vous savez déjà que certains plats sont à proscrire lors d’un repas galant, comme la choucroute ou le cassoulet. Mais d’autres aliments sont aussi générateurs de ballonnements : les choux, les oignons, les navets, le céleri et les poireaux. Ceux-ci sont donc à consommer modérément. Pensez aussi au lait. Certaines personnes le tolèrent moins bien : en effet, il est digéré dans nos intestins grâce à une enzyme, la lactase, que l’on sécrète naturellement depuis notre naissance, mais dont la production décroît avec le vieillissement. Il devient alors plus difficile à digérer, ce qui se traduit à différents degrés par des gaz, des ballonnements et des douleurs intestinales. Si c’est votre cas, limitez votre consommation de lait au profit de yaourts; ceux-ci seront mieux tolérés, car ils contiennent des bactéries inoffensives qui vont consommer une partie du lactose.

Mangez moins vite
Le temps du repas est primordial pour assurer une bonne digestion. Il vaut mieux manger à heures fixes : votre système digestif n’apprécie guère les changements. Et prenez votre temps : un repas devrait durer au minimum 20 à 25 minutes, d’autant plus que le signal de satiété n’apparaît pas avant. Vous pourrez plus aisément adapter le volume de nourriture à votre faim et éviter ainsi un « sur-remplissage ». N’oubliez pas de bien mastiquer vos aliments. Mâchez-lui le travail, et votre estomac vous en sera reconnaissant.
Si les problèmes persistent, faites une cure de probiotiques. Ce sont des micro-organismes vivants qui peuvent coloniser votre intestin de manière temporaire et rééquilibrer votre flore intestinale, donc améliorer la digestion et en réduire les troubles : bifidobactéries ou « bifidus », lactobacilles et autres levures. Ou bien pensez à la cure de fibres prébiotiques, qui favorisent la multiplication naturelle de ces bactéries.

Hydratez-vous
Un bon transit passe aussi par une bonne hydratation : on recommande ainsi au moins 1,5 litre d’eau chaque jour. L’homme étant composé à plus de 60 % d’eau, renouvelée régulièrement, si les apports ne couvrent pas les dépenses, le corps va puiser l’eau dont il a besoin dans ce qui est moins nécessaire et ce au détriment du transit, lequel va en être fortement ralenti avec, pour conséquence, des risques de constipation.
Buvez tout au long de la journée. Par exemple, avec 2 verres d’eau au lever, 1 à 2 verres d’eau à chaque repas, l’équivalent d’une petite bouteille de 50 centilitres dans la matinée et une autre dans l’après-midi ou bien l’équivalent de 2 tasses de thé, vous atteindrez facilement la dose de 1,5 litre.
Passez-vous des sodas et autres boissons gazeuses, qui ont tendance à transformer votre ventre en montgolfière.
Évitez l’alcool, qui favorise le stockage abdominal de la graisse. Bière et abdos ne font pas bon ménage, c’est bien connu ! Étant très diurétique, l’alcool augmente aussi le volume des urines. Résultat : le corps tente de rétablir l’équilibre par la rétention d’eau.
La solution phyto : les tisanes ! En plus de leur apport en eau, elles vous apportent toutes les vertus des plantes. Les tisanes et infusions les plus reconnues pour leurs bienfaits digestifs, notamment pour calmer les douleurs abdominales et les ballonnements et faciliter la digestion, sont celles à base d’anis vert, de badiane (anis étoilé), de camomille, de marjolaine (ou origan), de menthe, de romarin ou de sauge.

Limitez le stress
Le stress, réaction normale de l’organisme soumis à une agression d’ordre psychique ou physiologique – qui va notamment causer bon nombre de nos pulsions alimentaires – va aussi agir sur notre système intestinal. Tout le monde se souvient avoir eu le ventre noué à l’approche d’un examen ou d’une situation difficile.
Eh bien, ce n’est pas qu’une sensation : le stress active le nerf vague qui est relié entre autres au système digestif. Il va donc agir sur la digestion et stimuler l’intestin et va par ailleurs déverser des hormones du stress, comme la cortisone, qui va vous faire stocker davantage de graisse.
La solution : détendez-vous plusieurs fois par jour avec une petite pause bien-être. Aérez-vous l’esprit dans un lieu calme, fermez les yeux et pensez à une situation ou un lieu qui vous est agréable. Pratiquer une activité physique ou de la relaxation peut vous permettre aussi de mieux gérer les événements stressants de votre quotidien.
Les solutions phyto :
Les classiques : valériane, passiflore, houblon ou mélisse, plantes réputées pour leurs effets relaxants et réduisant l’anxiété. Idéales en infusion pour une pause détente ou avant le coucher.
Le ginseng est une plante dite « adaptogène », ce qui signifie qu’elle aide votre organisme à mieux s’adapter au stress. En infusion : laissez infuser 3 grammes de racines finement coupées dans 50 centilitres d’eau bouillante. Pour une cure, buvez 2 tasses par jour pendant 20 jours. En gélules : 2 à 4 comprimés par jour pendant 1 mois.
Une cure de magnésium aura un effet relaxant général. Privilégiez le naturel : quelques noix ou amandes, du chocolat noir, des eaux riches en magnésium telles que Contrex, Courmayeur, Hépar, ou Quézac.
Le top : une pause détente avec une tisane de mélisse et de ginseng, une poignée de fruits secs et deux carrés chocolat noir à 70%!

 

Et surtout n’oubliez pas ces trois étapes d’exercices pour obtenir de parfaites tablettes de chocolat :
Avant-propos
Le vif du sujet
Exercices appliqués