Vendredi , 24 octobre 2014
Avertissement :
5 façons de la séduire par le mental

5 façons de la séduire par le mental

Votre charme naturel ne suffit pas : le marché de la séduction est un champ de bataille où seuls les meilleurs survivent. La programmation neurolinguistique vous offre quelques tours de passe-passe sur un plateau, le nôtre.

1/ Décrocher un RDV
Le truc : les instructions cachées.
Les faits : en 2010, on n’hypnotise plus en ordonnant « dors, je le veux », en faisant les gros yeux. C’est l’air de rien au cours d’une conversation normale qu’on jette les meilleurs sorts. Ainsi des expériences menées à l’université de Harvard ont permis de déterminer que les instructions cachées – des messages camouflés dans des phrases anodines – passent outre les filtres critiques du cerveau et vont tranquillement infuser dans le subconscient. Un peu comme si on infiltrait un petit cheval de Troie dans la tête de sa cible.
L’action : les ordres cachés sont fréquents dans la pub. « Parce que vous le valez bien » envoie au cerveau fatigué de la ménagère les mots de l’amant qu’elle n’a pas : « Tu comptes pour moi. » De la même façon, essayez une phrase du genre : « Personne ne t’a encore invitée à dîner chez X ? Ce n’est pas normal, c’est le meilleur restaurant de la ville. » Elle associera ce dîner potentiel à une revalorisation de son statut. Ou encore : « C’est fou comme on se souvient mieux des films qu’on a vus sur grand écran. D’ailleurs, on devrait se faire un ciné un de ces jours. » Évitez quand même de l’emmener voir un film avec Brad Pitt ou Clooney…
Bonus : Utilisez des ordres cachés pour obtenir ce que vous voulez au boulot. Selon Nick Kemp, spécialiste de la PNL depuis la fin des années 70, les agences de recrutement augmentent leur taux de réussite de 300 % simplement en suggérant à leurs clients de se visualiser en train de travailler avec elles.

2/ Passer pour l’homme idéal
Le truc : le mot-clé.
Les faits : savoir lire entre les lignes est plus facile qu’il n’y paraît. Une étude du Social Issue Center d’Oxford a démontré que, s’il est possible de camoufler ses sentiments en maîtrisant son discours et ses expressions, une partie de notre inconscient ressurgit toujours via le langage corporel et certains mots-clés.
L’action : les mots qu’elle utilise fréquemment ou sur lesquels elle met un accent particulier sont ses « mots déclics ». « Il y a de nombreuses façons de construire un rapport avec l’autre à travers le langage parlé, par exemple, en utilisant un vocabulaire qui correspond à son méta-programme, et en synchronisant les termes sensoriels qu’il utilise comme voir, entendre, sentir », affirme Steve Bavister auteur de La PNL mode d’emploi (éd. Leduc.s). Quand elle vous entend utiliser ses termes, elle a l’impression que vous la comprenez et que vos mots sont dignes de confiance. Par exemple, si elle utilise souvent les adjectifs « génial » ou « incroyable », pour décrire des gens qu’elle aime, réutilisez-les dans vos questions. Plus vous utilisez ses mots déclics, plus forte sera la connexion entre vous, et plus grandes les chances de passer une nuit « géniale » et « incroyable » avec elle…
Bonus : Idéal pour obtenir une augmentation en ayant l’air de ne pas y toucher. Une étude de l’université du Texas a démontré que votre boss est plus susceptible de vous accorder une augmentation s’il croit reconnaître en vous une façon de penser similaire à la sienne. Observez-le bien et réagissez comme lui, tout en utilisant ses « mots déclics ».

3/ La rendre folle d’un claquement de doigts
Le truc : l’ancrage.
Les faits : Le principe de base se rapproche de celui du principe de Pavlov : associer un stimulus à une émotion agréable et utiliser ces réflexes conditionnés. Une fois que son cerveau a lié ce stimulus à sonplaisir, il vous suffira de le ressortir, comme une clochette, pour créer l’effet désiré.
L’action : c’est la technique des pick-up artists et du plus célèbre d’entre eux, Neil Strauss, auteur de The Game (éd. Au Diable Vauvert). Poussez-la, comme par jeu, à vous raconter un moment troublant (une aventure torride d’un soir, une situation très romantique). Mettez une musique spéciale ou touchez-la d’une façon inhabituelle. Ces ancres doivent être reproductibles, car c’est à l’utilisation suivante que l’effet se fera sentir.
Bonus : Vous êtes sûrement déjà soumis à un ancrage, négatif celui-ci : si vous passez deux heures par jour dans les transports, la simple mention du mot « métro » peut vous mettre en état destress. Joseph Messinger psychologue (Les Gestes antistress, éd. First) vous conseille un exercice. Muni d’un chronomètre, fermez les yeux, lancez le chrono et commencez à compter jusqu’à 60. Plus votre évaluation du temps qui passe sera proche de la réalité (entre 45 et 75 s), plus vous serez dans la maîtrise.

4/ Créer la confiance
Le truc : l’hypnose conversationnelle.
Les faits : la communication verbale et le langage du corps sont sources de confusion. Dans les années 50, le philosophe Noam Chomsky affirmait que pour comprendre ce que les gens veulent dire à travers leurs mots ou leurs actions, notre cerveau fait en permanence de rapides suppositions. En fait, nous n’avons pas plus d’une demi-seconde pour interpréter ce qui nous est dit. C’est cette demi-seconde que vous pouvez exploiter pour faire toute la différence.
L’action : laissez les sous-entendus et l’ambiguïté verbale aux autres. Pour véritablement embrouiller leur interlocutrice, les grands séducteurs utilisent l’ambiguïté gestuelle pour remplir les blancs pendant qu’elles préparent leur réponse. Demandez-lui par exemple si elle a déjà rencontré quelqu’un qui lui inspire une confiance totale, et ce faisant, dirigez subtilement son attention sur vous. Restez subtil, par exemple en vous touchant le torse du plat de la main. Le sous-texte étant bien sûr que l’homme digne de confiance, c’est vous.
Bonus : Lors d’un entretien d’embauche, l’hypnose conversationnelle peut être tout aussi efficace. Lorsque votre interlocuteur demandera : « Vous avez des questions ? », répondez simplement « Quelles sont, selon vous, les qualités que devrait posséder le candidat idéal ? », puis orientez son attention vers vous en resserrant votre cravate ou en replaçant vos lunettes.

5/ La ramener chez vous
Le truc : la distorsion temporelle.
Les faits : un des pionniers de l’hypnose, Milton Erickson, considéré comme le père de la psychologie clinique, est également l’inventeur de la distorsion temporelle. Cette technique de réorientation permet un changement de point de vue de la part de votre interlocuteur(trice). Il s’agit d’allonger la durée subjective des moments positifs et de diminuer celle des moments négatifs. Idéal pour faire tomber les défenses des jeunes femmes en les entraînant dans un espace-temps imaginaire, et en faisant en sorte qu’elles s’y sentent bien.
L’action : si vous sentez qu’elle rechigne à franchir la porte de votre appartement par peur de passer pour une fille facile, essayez ceci : « Quand tu repenseras à cette nuit dans six mois, tu te souviendras avec fierté de ta liberté et de ta spontanéité. » Pour la convaincre de vous accompagner en week-end, une phrase comme « je suis sûr que c’est un week-end dont on se souviendra longtemps » suffira à lui faire anticiper un plaisir rétrospectif.
Bonus : La distorsion temporelle peut être utilisée pour consolider une relation. À en croire une étude parue dans la revue Personality and Social Psychology Bulletin, les femmes sont particulièrement réceptives aux hommes avec qui elles partagent des souvenirs heureux (même si certains sont faux !).